Camino de Santiago

Choisissez votre itinéraire, découvrez son histoire, ses étapes ainsi que les auberges, les logements, les numéros de téléphone utiles ainsi que les conseils de nos facteurs.

 

Le Pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle est l’un des plus importants d’Europe. La découverte de la tombe de l’apôtre saint Jacques au IXe siècle a constitué le début d’un voyage qui nous a dès lors guidé vers Saint-Jacques-de-Compostelle. Un chemin qui s’est également transformé au cours des siècles en une importante voie de civilisation et de développement culturel, artistique et social.

Nombreuses sont les raisons qui poussent aujourd’hui les pèlerins à entreprendre un tel voyage: le sens spirituel du pèlerinage, la recherche de soi, l’hospitalité, la nature, les différents villages et leurs habitants, le riche patrimoine culturel, etc.. Tous contribuent à vous faire vivre une expérience unique et inoubliable.

De nombreux chemins mènent les pèlerins à Saint-Jacques-de-Compostelle. Le fameux Codex Calixtino, joyau manuscrit du XIIe siècle constitue le premier et le plus célèbre guide du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle. Il retrace l’un des itinéraires les plus suivis depuis l’époque médiévale pour rejoindre Saint-Jacques-de-Compostelle, aujourd’hui connu sous le nom de Chemin français.

Mais ce n’est pas le seul. 286 itinéraires répartis sur 28 pays ont été cartographiés par la Fédération des amis du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, en collaboration avec l’Institut géographique national espagnol (Instituto Geográfico Nacional). Un total de près de 80 000 kilomètres qui sillonnent les principales voies de communication d’Europe. La majorité a été récupérée depuis les années 80 durant lesquelles un second souffle a été donné au pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, particulièrement depuis la célébration du Xacobeo 93.

Le choix de l’itinéraire à parcourir varie selon les besoins et préférences du pèlerin. À travers Le Pèlerinage avec Correos, nous souhaitons vous aider dans cette difficile tâche. Bien que ces itinéraires soient aussi nombreux que variés, nous allons nous concentrer sur les dix chemins les plus célèbres parcourus en Espagne : les chemins français, du Nord, portugais, primitif, anglais, la Route de l’argent, de Sanabrés, de l’hiver, de Mozárabe sans oublier le chemin de Fisterra et Muxía qui est le seul à ne pas s’achever à Saint-Jacques-de-Compostelle.

Le Chemin français est le plus populaire : ses 800 kilomètres relient l’Europe au nord de l’Espagne, en passant par l’Aragon, Navarre, La Rioja, Castille et León et la Galice. Le tronçon le plus célèbre sépare Sarria et Saint-Jacques-de-Compostelle en Galice et constitue les 100 kilomètres minimum à parcourir à pied exigés par la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle pour obtenir la fameuse Compostela.

Le Chemin français est l’itinéraire suivi par les premiers pèlerins qui arrivent en Espagne en empruntant l’une des quatre principales routes partant de France : la route Turonense (depuis Paris), la route Lemovicense (depuis Vézelay), la route Podense (depuis Le Puy) et la route toulousaine (traversant les Pyrénées par Somport). Il devient célèbre grâce à la description qui lui est faite dans le Codex Calixtino (XIIe siècle), le convertissant en une grande route commerciale sur laquelle ont été fondées d’importantes villes telles que Jaca, Pampelune, Logroño, Burgos, Carrión de los Condes, León ou Astorga.

Il dispose d’un excellent réseau d’auberges et logements, une bonne signalisation et un riche patrimoine culturel et artistique. Le Chemin français est par ailleurs recommandé pour les pèlerins souhaitant faire des rencontres ou avoir de la compagnie durant leur voyage, désireux de découvrir différents paysages et voulant admirer la richesse du patrimoine des régions qu’il traverse. Il n’est toutefois pas recommandé pour les pèlerins souhaitant voyage en solitaire, notamment en été.

Le Chemin portugais est le second itinéraire le plus célèbre après le Chemin français. La majorité des pèlerins qui le choisissent partent de la ville de Tui, en Galice. Il se divise en 5 ou 6 étapes et s’achève à Saint-Jacques-de-Compostelle. Les pèlerins optent pour le Chemin portugais d’une beauté incroyable, disposant d’un itinéraire accessible pour tous et d’un réseau de logements convenables.

Le Chemin primitif est aussi beau que difficile à parcourir. Il part de la ville d’Oviedo et termine à Saint-Jacques-de-Compostelle. Il s’agit du chemin parcouru par le roi Alphonse II des Asturies au IXe siècle pour visiter les reliques de l’apôtre après qu’elles ont été découvertes. Ses tronçons en montagne le rendent difficile à arpenter, mais offrent de magnifiques paysages aux pèlerins.

La nature est l’un des principaux attraits touristiques du Chemin du Nord, qui sillonne la corniche de Cantabrie depuis Irún (Pays basque) jusqu’à Saint-Jacques-de-Compostelle. Connu comme le Chemin de la côte, les pèlerins qui optent pour cet itinéraire trouveront devant eux plus de 800 kilomètres de route, soit le second chemin le plus long menant à Saint-Jacques-de-Compostelle.

Le Chemin anglais est une bonne alternative pour les voyageurs souhaitant sortir des sentiers battus. Cette route partant des villes de Ferror et de La Corogne était historiquement empruntée par les pèlerins anglais et irlandais qui arrivaient en bateau jusqu’aux ports de Galice.

Moins célèbre, le Chemin de l’hiver sépare Ponferrada et Saint-Jacques-de-Compostelle sur plus de 250 kilomètres. Cette variante du Chemin français contourne les zones difficiles d’accès en hiver, telle que l'ascension d’O Cebreiro. Lors de leur voyage, les pèlerins peuvent profiter d’une vue unique sur des paysages naturels comme ceux de Las Médulas à Bierzo ou de la Ribeira Sacra en Galice.

Deux routes partent également du sud de l’Espagne: le Chemin de Mozárabe et la Route de l’argent. Elles sont déconseillées en été en raison des températures élevées. Elles restent néanmoins idéales pour les pèlerins voyageant à vélo, grâce à ses pistes confortables de terre et en bitume offrant peu de dénivelés. Le Chemin Mozárabe est l’un des plus longs de Saint-Jacques-de-Compostelle. Il commence à Cordoue, Jaén, Grenade et Malaga, dure entre un et deux mois et rejoint la Route de l’argent à Mérida. Le prolongement naturel des chemins du Sud est le Chemin de Sanabrés reliant Granja de Moreruela (Zamora) à Saint-Jacques-de-Compostelle, et pénétrant en Galice par la province de Ourense.

Enfin, Le Chemin avec Correos recommande également le Chemin de Fisterra et Muxía, qui se distingue des autres dans la mesure où il part de Saint-Jacques-de-Compostelle. Depuis la tombe de l'apôtre, le pèlerin se dirige vers le bout du monde, où l’attendra l’un des plus impressionnants couchers de soleil.

En plus de ses célèbres routes, l’Espagne compte à travers son territoire de nombreux autres chemins connectant les différentes étapes de départ avec Saint-Jacques-de-Compostelle. On retrouve notamment:

Le Camí de Sant Jaume en Catalogne, débutant au monastère de Montserrat sillonne la région jusqu’à Saragosse. L’historique Route de la laine était auparavant empruntée par les éleveurs, tondeurs et pèlerins de la province de La Manche. Le Chemin de Madrid, qui commence dans la capitale traverse la Sierra de Guadarrama jusqu’à Ségovie et Valladolid, et rejoint le Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle à Sahagún.

Le Chemin français est l’itinéraire traditionnel plébiscité par les pèlerins se rendant à Saint-Jacques-de-Compostelle. C’est là que converge la majorité des routes d’Europe suivies par les pèlerins depuis le Moyen-Âge, le convertissant en une voie de civilisation d’intérêt culturel, artistique et social majeur. 

Son itinéraire, ses tronçons, ses sanctuaires, sa démographie, et bien d’autres détails sont répertoriés dans le Codex Calixtino, véritable « guide de voyage » pionnier du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle. Saint Jean Pied de Port en France ou Roncesvalles en Espagne sont de nos jours considérés comme les points de départ du Chemin français suivi par 70 % des pèlerins. Vous pouvez également franchir la frontière entre la France et l’Espagne par la région d’Aragon, et commencer le Chemin français dans la ville de Somport

Le Chemin français est l’un des plus longs menant à Saint-Jacques-de-Compostelle et couvre pratiquement tout le nord de l'Espagne. Il regroupe près de 30 étapes à travers lesquelles le pèlerin découvre une grande variété de paysages et une richesse artistique et culturelle en passant par des villages traditionnels de Santo Domingo de la Calzada à Astorga et d’autres villes importantes telles que Pampelune, Logroño, Burgos ou León.
Le Chemin portugais est le deuxième chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle le plus important en termes d’affluence. Le point de départ est la capitale du Portugal : Lisbonne, bien que Porto (Portugal) et Tui (Galice) aient progressivement remplacé cette dernière et constituent aujourd’hui les principales villes de départ de cet itinéraire. 

Trois variantes du Chemin portugais partant du Portugal existent: celle de l’intérieur, du centre et de la côte. La plus célèbre est celle du centre combinant mer et montagne offrant d'incroyables paysages et une gastronomie riche. Elle traverse d’importantes villes comme Santarem, Coimba, Porto ou Valença avant d’arriver en Galice. Depuis la frontière entre le Portugal et la Galice, le pèlerin parcourt quelque 120 kilomètres répartis sur 5 ou 6 étapes, passant par les villes de Tui, O Porriño, Redondela, Pontevedra et Padrón. Le Chemin portugais ne présente pas de tronçon particulièrement difficile et dispose d’un bagage culturel important et de somptueux panoramas offerts par les Rías Baixas. 
Le Chemin primitif débute à Oviedo (Asturias) et termine à Saint-Jacques-de-Compostelle. Il est considéré comme le premier chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Le Chemin primitif a été emprunté lors du premier pèlerinage réalisé par le roi Alphonse II des Asturies au IXe siècle pour se rendre sur la tombe de l’apôtre. Ce beau, mais difficile itinéraire tire son nom de ce premier voyage.

Le Chemin primitif offre des paysages d’une beauté extraordinaire et dispose d’une bonne signalisation, et d’un réseau de logements adéquats tout au long de ses quelque 300 kilomètres. Il reste célèbre pour ces étapes difficiles, alternant de fortes montées et descentes et des tronçons en montagne et dans l’intérieur du pays. Le Chemin primitif est divisé en 14 étapes, les trois dernières rejoignant le Chemin français.
Le Chemin du Nord sillonne la côte de Cantabrie et s'achève à Saint-Jacques-de-Compostelle. Aussi vieux que le Chemin français, le Chemin du Nord était emprunté par les rois européens au Moyen-Âge voulant se rendre sur la tombe de l'apôtre. 

Il offre des paysages uniques, une nature à l’état pur et un riche patrimoine culturel : l’un des itinéraires qui séduit le plus de pèlerins de nos jours. Également surnommé le Chemin de la côte, cet itinéraire démarre à Irún et passe par le Pays basque, la Cantabrie, et les Asturies avant de pénétrer la Galice par Ribadeo. Toutes les étapes ne se concentrent cependant pas au niveau du littoral. Les tronçons combinent Montagne au Pays basque et routes et pistes goudronnées en Cantabrie et Asturies. 

Avec plus de 800 kilomètres de parcours, il s’agit de la deuxième route la plus longue menant à Saint-Jacques-de-Compostelle après la Route de l’argent. Le nombre croissant de pèlerins au cours des dernières années a permis au chemin de jouir d’une excellente signalisation, notamment au Pays basque, ainsi que d’un important réseau d’auberges et de logements.
Le Chemin anglais, également connu sous le nom de Chemin des Anglais relie les villes de Ferror et La Corogne (Galice) à Saint-Jacques-de-Compostelle. Cette route médiévale menant à Saint-Jacques-de-Compostelle était utilisée par les pèlerins voyageant d’Angleterre, d’Irlande et d’autres points d’Europe en bateau jusqu’à ces deux ports.

Le Chemin anglais offre deux itinéraires partant de La Corogne (72 kilomètres) et de Ferrol (122 kilomètres). Plus fréquenté de nos jours, il dispose d’une bonne signalisation, d’un niveau de difficulté modéré sans grand dénivelé ainsi que d’un réseau de logements acceptable, bien que la disponibilité de ces derniers reste limitée en pleine saison comme durant la Semaine sainte ou en plein été.
Le Chemin de Fisterra et Muxía est le seul à ne pas se terminer à Saint-Jacques-de-Compostelle, mais d’y commencer. Les pèlerins sont toujours plus nombreux à prolonger leur pèlerinage pour connaître le « bout du monde ». Le puissant océan Atlantique et une vue imprenable sur le coucher de soleil sur la côte seront la récompense de votre périple. 

Le Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle à Fisterra s’étend sur 89 kilomètres habituellement répartis sur 4 étapes et traversant des villages de l’intérieur du pays tels que Negreira, Olveiroa ou Cee. Une fois à Finisterre, il est de coutume de réaliser les trois rites de purification, de mort et de résurrection. Le pèlerin peut également opter pour Muxía comme arrivée finale de son pèlerinage. Cette ville côtière située en pleine Costa da Morte est connue pour son sanctuaire A Nosa Señora da Barca, lieu où, selon la légende, s’est rendue la vierge en bateau pour soutenir l’apôtre saint Jacques dans sa mission d’évangélisation. Vous disposez de deux options pour arriver à Muxía : rejoindre Fisterra et bordez la côte jusqu’à Muxía en ajoutant une étape (28km) ou emprunter le Chemin reliant Saint-Jacques-de-Compostelle à Fisterra et bifurquer au niveau de la commune de Hospital avant d’arriver à Muxía (87 km) puis Fisterra.
La Route de l’argent (Vía de la Plata) représente avec le Chemin Mozárabe l’un des plus importants chemins partant d’Espagne. Bien que de nombreux pèlerins décident de commencer leur pèlerinage à Mérida, la grande majorité débute à Séville la Route romaine jusqu’à Granja de Moreruela dans la région de Zamora où elle rejoint le Chemin de Sanabrés. Peu d’entre eux poursuivent par la Route de l’argent jusqu’à Astorga et le Chemin français.

Bien que plus austère que le Chemin français, la signalisation de la Route de l’argent reste correcte et le nombre de logements acceptable. La chaleur est le pire ennemi des pèlerins qui l’empruntent. Il est recommandé de le parcourir entre les mois de mars et mai et en octobre et de l’éviter en plein été. Enfin, la Route de l’argent est l’un des chemins menant à Saint-Jacques-de-Compostelle les plus conseillés pour les cyclistes. Il présente de longs tronçons plats et moins de dénivelés comparé à d’autres routes. 
Ponferrada est le point de départ du Chemin de l’hiver qui sillonne la vallée du Sil, point d’entrée naturel en Galice durant de nombreux siècles. Réparti en 10 étapes sur 263 kilomètres, il s’agit d’une grande variante du Chemin français qui évite les monts du Cebreiro, devenant ainsi plus accessible pour les pèlerins du Moyen-Âge qui décidaient de suivre réaliser leur pèlerinage en hiver. 

Le Chemin de l’hiver est moins emprunté, ce qui garantit un pèlerinage plus tranquille en solitaire. Il dispose en revanche d’une bonne signalisation et d’un réseau d’auberges et de logements dans les villes de fin d’étape. Le Chemin de l’hiver sillonne des territoires au caractère singulier comme le canton de El Bierzo (León), où les pèlerins peuvent profiter d’une promenade à travers les célèbres Médulas; et la Galice, dans le canton de Valdeorras (Ourense) et la Ribeira Sacra (comprenant les rives du Sil et du Miño), connus pour leurs paysages spectaculaires semés de vignes, et le canton de Deza à Pontevedra.
Zamora est l’étape de départ de cette route qui pénètre la Galice par A Gudiña avant de rejoindre les villes de Ourense, Pontevedra et La Corogne. Il s’agit du prolongement naturel de la Route de l’argent et du Chemin Mozárabe, les deux routes qui relient le Sud et Saint-Jacques-de-Compostelle. 

Les pèlerins qui empruntent le Chemin de Sanabrés disposent d’un bon réseau d’auberges et de logement à travers un itinéraire bien signalisé jusqu’à Saint-Jacques-de-Compostelle.
Le Chemin Mozárabe relie les différentes routes menant à Saint-Jacques-de-Compostelle qui ont été foulées depuis le Moyen-Âge par les pèlerins provenant des villes andalouses de l’ancien territoire musulman al-Ándalus. De nos jours, le Chemin Mozarabe commence à Cordoue, Jaén, Grenade et Malaga, et rejoint la Route de l’argent à Mérida (Estrémadure), soit l’un des plus longs chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle pouvant durer jusqu’à deux mois. 

Tout comme pour la Route de l’argent, il est conseillé de ne pas l’emprunter durant l’été en raison des fortes chaleurs. Cela est également le cas en hiver, à cause de la neige présente sur certains tronçons en altitude. Avant de partir, il est recommandé de s’informer sur les logements, car la disponibilité de ces derniers peut être limitée en raison d’une faible offre ou d’auberges n’étant pas uniquement réservées aux pèlerins. En dehors des mois de fortes chaleurs, les Chemins Mozarabes sont adaptés aux cyclistes, offrant des pistes de terre et en bitume agréables sans dénivelé important.